Le remboursement de l’optique

Pour maîtriser les dépenses d’optique et faire baisser les prix, le gouvernement compte plafonner, par le biais des contrats solidaires et responsables, le montant des remboursements des lunettes par les complémentaires santé, remboursements qui seraient également dégressifs sur trois ans.

Le gouvernement s’attaque à la rente des opticiens.

Pour les verres simples, le montant maximum de remboursement par les complémentaires santé sera ramené de 350 euros en 2015 à 200 euros en 2018, au rythme de 50 euros de moins par an. Pour les verres complexes, le maximum de 600 euros tombera à 400 euros en 2018. pour les montures, le plafond de 100 euros, ne bouge pas sur la période. La prise en charge se limitera à une paire de lunettes tous les deux ans, sauf pour les enfants ou en cas d’évolution de la vue.

Avec ces nouvelles règles, les pouvoirs publics espèrent stopper la mécanique inflationniste propre au secteur de l’optique. Il faut savoir que lorsqu’une mutuelle rembourse une paire de lunettes, elle finance les magasins en même temps que les lunettes explique le Président de la Mutualité Française.
Les lunettes sont trop chères en France, environ 50 % plus chères que dans les autres pays. L’objectif n’est pas de diminuer les remboursements mais de diminuer la somme qui reste à la charge des ménages. 2 millions de Français renoncent à des soins optiques en raison de leur prix.

Le Président de la FNMF cite : “pour briser le cercle vicieux”, un nouvel outil rendu possible par la loi Le Roux, qui autorise les mutuelles à développer des réseaux de soins incluant des opticiens avec lesquels elles ont conventionné. “cela permet de s’entendre sur la qualité, sur le prix et de diminuer le reste à charge, a indiqué Etienne Caniard”. Le Président de la Mutualité Française a jugé qu’il faut arrêter l’augmentation continue des dépenses de santé. L’optique n’est qu’une partie de ces dépenses, il faudrait faire la même chose sur les dépassements d’honoraires qui sont aujourd’hui un facteur de difficulté d’accès aux soins.
source : La Mutualité Française, infos net, Le Monde.